De quoi je me mêle ?

4 décembre 2008

Primates, concubinage & Rock’n Roll

Publié par pierojapon dans Moi

Ces derniers temps, j’ai vraiment, mais alors vraiment pas de motivation pour écrire. C’est à peine si je réponds aux emails (mes excuses aux gens concernés), alors le blog…

Quoi de neuf ? En quelques mots : passage en France -> retour à Osaka -> reprise des cours -> emménagement avec Ayumi à Osaka -> aujourd’hui. Bien résumé, hein ?

Voilà, je suis très fumiste sur ce coup là, mais tout va bien. Si vous priez un ou des dieux, pensez à moi pour dimanche (sic), c’est le jour du nôryokushiken (exam’ de japonais, genre le toefl).

Quelques pix pour finir (« ah bon, ça a commencé ? ») :

Voyage de classe à Minoo (箕面). Si tu trimballes de la bouffe, fais gaffe aux singes. Si t’es un crabe, fais gaffe aux chinois.

dsc03821rsolutiondelcran.jpg dsc03824rsolutiondelcran.jpg

dsc03827rsolutiondelcran.jpg dsc03871rsolutiondelcran.jpg

dsc03872rsolutiondelcran.jpg dsc03896rsolutiondelcran.jpg

dsc03923rsolutiondelcran.jpg

Le nouvel appart’ lors du déménagement. Ca fait plus d’un mois déjà, et ça a pas changé tant que ça. A noter : les toilettes revues par Ayumi…

novembre08032rsolutiondelcran.jpg novembre08029rsolutiondelcran.jpg  

novembre08030rsolutiondelcran.jpg la vie en rose

Couleurs d’automne à Kyôto…

029rsolutiondelcran.jpg 035rsolutiondelcran.jpg

059rsolutiondelcran.jpg

A bientôt (peut-être) !

11 avril 2008

久しぶりやな

Publié par pierojapon dans Eux, Moi

Non, je n’ai pas décroché du blog, comme le manque de mises à jour pourrait le laisser penser. C’est juste qu’après plus de six mois passés au Japon (eh ouais, déjà…), l’excitation de la découverte a laissé la place à un certain train-train pas forcément déplaisant mais assez pauvre en nouveautés à vous faire partager.

Comme prévu, j’ai terminé le boulot le 31 mars dernier, ô joie, et le moins qu’on puisse dire c’est que ça me manque pas. Ceci dit, contre-coup du passage d’une activité surchargée vers une existence nonchalante, passage de l’hiver au printemps, que sais-je encore, mais ces dix derniers jours je n’ai quasiment rien branlé de mes journées. Dix heures de sommeil par nuit, squattage à l’appart’ (le temps massivement dégueu n’aidant pas), quelques sorties pour Hanami (cf plus bas) en couple et entre potes, vraiment rien de bien spécial à vous raconter.

Hanami, donc. Littéralement « regarder les fleurs », cette fête annuelle consiste, de la fin mars à début avril, à se rassembler pour aller généralement manger, boire, et glander sous les cerisiers alors en fleurs. Et il vaut mieux ne pas louper le coche, les fleurs de sakura se faisant la malle à une vitesse grand V. C’est un peu le fantasme de tout amateur de japon(i)aiserie qui se respecte, et ici il semble hors de question de ne pas se joindre à la cohorte de badauds sirotant leur bière ou grillant leur poisson à l’ombre des arbres tant vénérés. Dont acte. Bon, j’avoue, j’en crevais bien d’envie aussi, c’est quand même loin d’être moche cette affaire, même si, dans la majorité des cas, c’est un bon bordel bien bruyant.

Ci-dessous quelques photos d’une des zones les plus fréquentées pour le Hanami, le jardin du château d’Osaka (plusieurs centaines d’arbres) : 

5et6avril08001640x480.jpg 5et6avril08004640x480.jpg

5et6avril08007640x480.jpg 5et6avril08008640x480.jpg 5et6avril08012640x480.jpg

5et6avril08014640x480.jpg 5et6avril08018640x480.jpg

Petit rassemblement un dimanche, entre amis, cette fois-ci à Itami (là où je vis), autour d’un étang. Comme tout le monde, on étend sa bâche en plastoc, enlève ses pompes et passe son temps à bouffer, boire, et tailler le bout de gras. Fort sympathique après-midi, et puis top sushis (+ un gâteau, mais ça je mange pas, alors pas d’avis) préparés par Ana, merci à elle ! On terminera la soirée en comité réduit à siroter les dernières bières devant la gare d’Itami, crevards-style comme on sait si bien le faire chez nous.

5et6avril08028640x480.jpg 5et6avril08030640x480.jpg

5et6avril08033640x480.jpg

Enfin, encore des cerisiers, mais cette fois dans les environs de Kyoto, à Arashiya (enfin, je crois…), sur l’initiative d’Ayumi qui tenait absolument à faire un tour dans un espèce de vieux train circulant dans la montagne. Pas forcément enchanté (faire trois heures de train A/R pour… aller faire du train), mais partant pour un moment sympa en charmante compagnie, on aura donc réussi à monter dans ce « Romantic Train » (plagié par le Love Boat, vous l’aurez compris), qui porte bien mal son nom, entre conducteur braillard qui déverse un flot d’informations dans les hauts-parleurs en continu, les mécaniques du train, comment-dire, bien présentes, et une foule de touristes chinois en forme et surtout bien peu intéressés par la découverte du paysage (ils ont passé le trajet à bouffer et à brailler). Urrrruseee !

En descendant du train un arrêt plus tôt que prévu, on a ensuite pu se ballader dans une zone riche en temples et autres forêts de bambous. Tu sors ton katana, t’es dans un chambara.

(et mattez moi ces tanukis, z’ont pas l’air très friendly… visez les couilles, facile !)

09avril2008001640x480.jpg 09avril2008012640x480.jpg

09avril2008014640x480.jpg 09avril2008020640x480.jpg

09avril2008024640x480.jpg 09avril2008032640x480.jpg

09avril2008039640x480.jpg

Au coucher du soleil, on terminera dans un espèce de village bien touristique à l’atmosphère envoûtante dont j’ai totalement oublié le nom, puis direction le train du retour, avec pour ma part un début de crève dans la tronche.

09avril2008040640x480.jpg 09avril2008044640x480.jpg

Enfin, à compter de lundi prochain, je vais commencer à prendre des cours de japonais dans une école spécialisée, à Osaka. Environ 4 heures par jour, 5 jours par semaine, on verra bien ce que ça donne. Je vous tiendrai au courant. Un jour :)   

4 mars 2008

« You’re a bad person »

Publié par pierojapon dans Moi

Pfiou, pfiou, pfiou. Bon, on va couper court au suspense, fidèle à moi-même une fois de plus, je vais de suite paradoxer en annonçant que je termine le boulot en cette fin de mois de mars. Après mûres réflexions et moults changements d’avis, c’est décidé, et fixé. Ca a pas été simple, bien que rapide, j’ai dû me coltiner un rendez-vous dans un café à perpét’ avec les deux big boss de l’organisation où je bosse, et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça s’est pas vraiment passé comme je m’y attendais. J’ai eu beau m’excuser, me ré-excuser, à force de vouloir me faire passer pour l’enculé de service, j’ai fini par perdre un peu mon calme et j’ai laissé tomber les politesses. Un grand moment, pour sûr. Le meilleur dans tout ça c’est que leur but était de me faire rester… Ils auraient pas pu s’y prendre pire, sans déconner. Et si je termine le mois, c’est bien par gentillesse et compassion pour mes collègues, en espérant que d’ici là on me trouve un remplaçant. Mais alors les boss, pfff…

Le plan de rechange, c’est l’école de japonais. Pour l’instant, j’en suis toujours au stade de la recherche, j’ai en gros jusqu’à la mi-mars pour m’inscrire quelque part. Ca va être un peu le marathon vu qu’en paralèlle je bosse, mais ça devrait suivre. J’en ai repéré deux qui devraient faire l’affaire…  Trois mois de cours environ, à raison de 4 ou 5 heures de cours par jour, du lundi au vendredi. Y’a moyen que ça soit peu utile, certes, mais ça peut certainement pas faire de mal.

Voilà, voilà, et sinon, au milieu de tout ce fatras, j’ai quand même trouvé le temps de partir pour un petit trip à la campagne avec Ayumi. S’étant auparavant arrangés pour avoir deux jours de congés en commun, après une session d’épluchages de docs divers, on s’est décidés pour partir à Takeno, et au passage faire un crochet aux onsen de Kinosaki (Hyogo ken). Comme on est deux bonnes grosses feignasses endurcies, on a pas réussi à se lever comme prévu et prendre le train qu’on désirait. Du coup, on a loupé la correspondance qui allait bien, et en fin de compte, pour un départ vers 11h du matin d’Itami, on est arrivés à notre hôtel vers 16h bien tassées… (là où à la base on avait prévu un départ vers 9h et trois heures de trajet… hum…). L’un dans l’autre, étant donné qu’il n’y a strictement rien d’intéressant à visiter à Takeno (la plage doit être sympa en été…), c’était sans doute pas plus mal ainsi, on aura donc passé notre temps dans notre piaule jusqu’au lendemain matin… Par contre, grosse classe. Chambre au moins aussi vaste que l’appart’ où je vis, avec pièce dédiée au Kotatsu (« table chauffante ») donnant directement sur la Mer du Japon, bien déchaînée ce jour-là, et, cerise sur le gâteau, rotenburo (bain en extérieur) privé. Ah, en fait, deux cerises sur ce gâteau-là : dîner servi dans la chambre, à base exclusivement de crabe (la spécialité locale) et préparé en direct par un cuistot. Trois tonnes de bouffe et bien deux heures pour tout avaler, ha ha.

Etant donné qu’à la base, on tenait à aller également faire un tour aux onsen, sur le chemin du retour on se sera arrêtés à Kinosaki, petit village fort joli spécialisé en la matière. Le temps manquant, on n’essaiera qu’un établissement. Bilan mitigé : décor sympa avec partie en extérieur dans la nature mais flotte tout ce qu’il y a de plus banale. Ceci dit d’après ce que j’ai cru comprendre (parce qu’évidemment je comprends pas toujours tout…), dans cette zone-ci du pays fallait pas s’attendre à autre chose. Ainsi soit-il.

Vue depuis la fenêtre de la chambre :

dsc00997640x480.jpg dsc01006640x480.jpg

Pièce principale et Kotatsu :

dsc01016640x480.jpg dsc01018640x480.jpg

La bouffe !

dsc01020640x480.jpg dsc01021640x480.jpg

dsc01023640x480.jpg evil crab

Pas de photo potable du Rotenburo, alors voilà :

dsc01038640x480.jpg

Kinosaki, son cours d’eau, ses établissements de bains… :

dsc01053640x480.jpg 2425fv2008024640x480.jpg 

17 février 2008

頑張れ、頑張れ

Publié par pierojapon dans Eux, Moi

Ces derniers temps, j’ai pas mal songé à laisser tomber ce foutu boulot qui me suce tout mon temps et une grande partie de mon énergie. L’arrivée d’un nouvel étranger en WH, qui n’arrête pas de se plaindre au sujet du taf, n’y étant sans doute pas pour rien, j’ai pas mal réfléchi et, autant que possible, je vais quand même faire de mon mieux pour achever les trois mois restant à tirer. Comme on dit, il ne faut pas se contenter de la misère dans laquelle on se trouve mais pas non plus passer son temps à fuir pour d’hypothétiques améliorations. En l’occurence, je pense pas pouvoir trouver de boulot plus intéressant vu mon niveau de langue, et je veux pas me retrouver sans rien à faire de mes journées non plus (ça, ce sera pour après, et du coup bien mérité). N’empêche, on a quand même un peu tous des vies de merde à y réfléchir, vous et moi, avec nos boulots qu’au mieux on ne déteste pas, mais dont on pourrait bien se passer… non ? Combien d’entre nous sont heureux de se lever le matin pour aller se taper huit heures ou plus d’un boulot le plus souvent répétitif et contraignant ? Pas beaucoup j’imagine… Faut bien croûter, je sais, m’enfin bon, y’avait pas moyen de s’organiser d’une autre manière, avec tous ces gens qui justement galèrent à trouver un job ? Evidemment, on est dedans trop profond maintenant, mais quand même… 

Avant de venir au Japon, j’avais entendu ou lu pas mal de conneries aussi concernant le coût de la vie ici, du genre une pomme c’est 100 balles, le ciné c’est hors de prix, etc… Alors que bon, les fruits coûtent pas vraiment plus chers qu’en France, tout le monde en consomme, et le prix d’une entrée au cinoche varie entre 1000 et 2000 yens suivant la séance (les « late show » – dernière séance - sont moins chers). On peut aussi louer des films à la journée pour 200 yens (à peine plus d’un euro !), y compris les dernières sorties… Aussi, bouffer dans un petit resto modeste ou se faire la tambouille chez soi revient presque sensiblement au même (pour quelqu’un vivant seul s’entend)… C’est pas en France qu’on pourra se rassasier correctement à l’extérieur pour 6 ou 7 euros, hein. Donc au final, le Japon, loyers et transports mis à part, c’est quand même pas si cher que ça. Si on veut vraiment chercher la petit bête, il y a bien quelques articles qui t’assèchent la bourse en moins de deux, genre un bon vieux bout de fromage européen ou une correcte bouteille de vinasse.

Tiens, sinon j’aurais une petite requête si une âme charitable passe dans le coin :) Je manque de lecture pour les moments « toilettes », aussi je cracherais pas sur du Mad movies, du Canard PC et du Noise magazine. Et si dans la foulée quelques kinders s’invitent dans le paquet, ils seront les bienvenus (me mailer avant tout envoi histoire d’éviter les doublons, merci d’avance)… 

Petite photo sympa pour finir (un peu dégueu parce que prise avec un mobile) : 

Une suffit... 

11 février 2008

L’hiver, il neige (eh oui…)

Publié par pierojapon dans Divers, Eux, Moi

 Rien de plus normal, non ? Mais puisqu’ici le temps qu’il fait est au centre de toutes les préoccupations et s’invite dans toute conversation, trois flocons tombent et nos amis japonais n’en peuvent déjà plus. « Oh, il neige, sugeeee !! ». Après deux ans d’absence, vendredi dernier la neige a donc fait son grand retour à Osaka. Au boulot, mes abrutis de collègue n’ont rien trouvé de mieux à faire que d’ouvrir les portes pour que tout le monde puisse profiter de ce magique spectacle… Quitte à ce qu’on se choppe tous un coup de froid, et peu importe si certains patients se traînaient déjà une crève… Y’a vraiment des coups qui se perdent, sans déconner. Surtout que la neige, c’est sûr c’est joli, à la campagne bien à l’abri. En ville, y’a quand même rien de plus emmerdant et dégueulasse à mon humble avis. M’enfin bon.

Et la Saint Valentin d’approcher. Le 14 février ne dérogera pas à la règle, et sera fêté comme il se doit par nos amis japonais. Quoique… A vrai dire, ici, la tradition veut que seules les filles offrent des présents aux garçons. Et l’on ne se limitera pas au(x) seul(s) petit(s) ami(s), non non, on arrosera de préférence tous ses amis et collègues de travail, le plus souvent de boîtes de chocolats. Mesdemoiselles, rassurez-vous : le 14 mars, aussi appelé « white day », sera l’occasion du retour de manivelle, et ce sera alors votre tour de recevoir monts et merveilles sucrés. Pour l’heure toutes les boutiques dignes de ce nom ont donc sorti l’arsenal promotionnel fourni en petits coeurs ardents, à l’est on est loin de perdre le nord si je puis me permettre. Le Japon est vraiment un pays hallucinant du point de vue du nombre de bricoles, gadgets et autres goodies que l’on peut trouver à la vente. Pas de photos pour l’instant, mais presque chaque jour est pour moi l’occasion de découvrir de nouvelles petites choses si inutiles qu’elles en deviendraient indispensables. Punching ball pour doigts, guitare électrique Doraemon, sushis en chocolat, j’en passe et des meilleurs…

Terminons sur un petit mp3 en libre écoute - en espérant que le lecteur fonctionne, titre extrait du split Sed Non Satiata/ Daïtro sorti dernièrement. Un putain de bon disque en passant. Consommez !

Sed Non Satiata – les hommes sans visage

On aurait certainement dû s’enfuir loin d’ici avant de devenir des hommes sans visage. Les mains en sang se perdre avant de revêtir. Le masque blanc des hommes sans visage. On aura beau désensorceler les sens par ces instants où rejaillit l’essence de l’être et roule sous la cire, avant qu’un râle ne se fasse sentir, celui des hommes sans visage. Sous ce masque un être meurt à bout de souffle il finira par céder comme ensorcelé sous ce masque qui emprisonne chacun de ces regards. On proscrit les comportements pouvant nuire, en quelque sorte s’effacer ou mourir, sous ce masque un être meurt. Alors laisse nous donc appartenir à cette frange d’être satisfaits mais morts. A corps perdu vers l’existence, pour mieux fuire cette frange rance d’individus pour qui l’exutoire n’est que le masque de l’avoir. Les hommes sans visage ont investi les rues, ils trainent…

今日めちゃ二日酔いやで。頭やお腹が痛くて、何もしないで、寂しさがちょっと強い。きみに会いたい。化け物っぽい写真を発表してから、ごめんなさい!新しい妖怪が生まれた。頭の二つやつにはどんな頭が脳を持ってるか?

ちゅちゅ。 

こらこら! 

29 janvier 2008

En bref…

Publié par pierojapon dans Eux, Moi

Pas de nouvelles depuis un petit moment, je sais. Ces derniers temps, entre le taf et les sorties diverses, je passe assez peu de temps à la maison, et c’est pas plus mal comme ça.

Je me suis engagé à travailler jusqu’à fin mai auprès de mon employeur, visiblement c’est déjà trop court à son goût, pourtant vu comme on est parfois traités (on est deux étrangers à bosser là), je comprends pas trop bien… Certains jours on est juste bons à subir la mauvaise humeur hiérarchique, enfin surtout mon comparse canadien, vu qu’il est là depuis plus longtemps que moi. Mais comme il part bientôt et qu’un nouveau va prendre sa place, ce sera bientôt à mon tour de « prendre les coups ». Genre la semaine dernière, lundi, on débarque, et après les habituels préparatifs, on se met à discuter cinq minutes et là la boss déboule : « de quoi vous parlez ? », « c’est pas un lieu pour socialiser, et comme je comprends pas ce que vous dites, je crois que vous en profitez pour vous foutre de ma gueule ! », etc… Bonjour la parano, surtout que bon eux ils passent leur temps à jaqueter toute la journée (et on est loin de tout comprendre nous aussi !). Et c’est qu’un exemple… Je serai bien content de mettre les bouts n’empêche, même si certains jours se déroulent dans la bonne humeur.

Hormis le travail, on se gèle pas mal le cul ces derniers temps, et comme les apparts japs sont ce qu’ils sont – c’est à dire hyper mal isolés, c’est pas super agréable. Le confort perso ici on connait pas trop quand même. A moins, bien sûr, d’avoir la bourse bien pleine (pas de mauvais jeu de mots, merci), mais vraiment, quoi. Vous imaginez même pas comme je rêve d’avoir un canapé (ou plutôt : la place pour avoir un canapé)…

Je voulais en coller une tartine, mais il est déjà tard, je fais dix mille trucs en même temps, alors j’en reste là et termine avec quelques tofs.   

Un dimanche matin à Shinsaibashi, America Mura (fameuse place la nuit venue où on peut trouver plein de gaijin sympas en train de siffler des binouzes) :

les maiko modernes... ou pas

Le paysage que je vois très souvent, trop souvent (la gare JR proche de notre appart’) : 

En bref... dans Eux 20janv2008005640x480.vignette

L’aquarium du port d’Osaka (vu de dehors, j’y ai pas mis les pieds) :

Et on est sévère avec la drogue au Japon...

Le Purikura, sport majoritairement pratiqué par les jeunes demoiselles en groupes, ou les couples… Un genre de photomaton où tu peux ensuite retoucher ta photo via un combo écran tactile/ stylet :

 D  !!

あゆちゃんは今回も恥ずかしいか?フランスで有名になったら、僕のことを忘れないな!またプリクラに遊ぼう。さー今こそ全てな。あるフランスの友達が日本語を分かれるから、僕もちょっと恥ずかしい… :)   

123456

Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
L'Association des Parents d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CANTERBURY T@LES
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres